Connectez-vous S'inscrire

C'est le papy boom - mais que va-t-on faire d'eux?

Auteur : Sylvie Moris. Consultante Plurielle Consulting. 01.06.2010.



C'est le papy boom - mais que va-t-on faire d'eux?
Qui pouvait prédire une telle exception démographique?

A peu près tous ceux qui auraient vu dans l'allongement spectaculaire de la durée de vie sur ces cinquante dernières années, un signe confondant de logique sur le fait que vivre centenaire allait légèrement alourdir la pyramide des ages par le sommet vers 2020.

Nostradamus aussi, probablement, mais bon, en fonction du crédit qu'on lui accorde, il valait encore mieux faire confiance aux indices INSEE et autres instituts chargés de nous mettre sous le nez des évidences que même un minot de trois ans aurait vu au bout de son épée en plastique.

De là à dire que notre gouvernance laisse à désirer, il n'y a qu'un pas, que je franchis d'autant plus allégrement que chaussant du 42, je n'ai pas pas tellement peur de l'entrechat. Surtout que ce n'est pas la première fois que je viens déverser du vitriol sur le hub, ce qui est doublement jubilatoire.

Mais en France (en Suisse?), la politique n'est pas là pour être visionnaire. Combien de fois faudra-t-il le répéter, m'enfin ? Elle est là pour défendre des doctrines complètement éculées, pousser à la consommation pour relancer l'économie, ce qui est en fait le seul moyen insidieux pour que les capitalistes qui gouvernent le monde continuent à accumuler des montants sur leurs comptes en banque qu'une armée ne saurait dépenser à elle seule.

Et qui ensuite, font leurs étonnés lorsqu'on leur explique que nos futurs grabataires commencent à s'entasser. Et qu'il va falloir finir par trouver une solution pour éviter que la densité au m² de cette chair flapie, qui comme le hareng saur, a quand même le mérite d'avoir bien séché et donc de prendre moins de place par individu-, n'atteigne des proportions type treize à la douzaine, dans les établissements spécialisés.

Bien.

Hormis les faire mourir plus vite, ce qui serait radical mais moralement pas trop acceptable, dur, dur, de trouver des solutions sensées. Encore que légaliser l'euthanasie permettrait ce léger arrangement avec la conscience, et autoriserait ainsi à les dézinguer à grands coups de seringues létales. Chaud, les marrons. Les positionnements pro et anti ont des arguments recevables, je phosphore pour trouver des solutions, et ça s'avère pas simple, donc pardon, je vais sur les sujets polémiques.
Fait chaud tout à coup !

Soumettant la question à des habitués du comptoir du troquet du village où moi même j'ai quelques habitudes, la séance de brainstrorming a donné ça :

  • à 4 grammes : les vieux, faudrait les tuer à la naissance.
  • à 3.5 grammes : les vieux, quand même ça crée de l'emploi, pensez tous ces gens payés à leur torcher les fesses.
  • à 3 grammes : les vieux, ça fait pas bien la différence entre les francs et les euros, donc on peut les remercier de faire marcher le commerce en sourcillant pas une seconde sur le fait que bientôt le pain sera aussi cher, si l'on compare au poids, qu'un baril de pétrole.
  • à 2.5 grammes : les vieux, faut les envoyer en voyage dans des pays où on sait que des secousses sismiques vont avoir lieu au moment de la visite prévue dans le pièges à touristes. Où l'on aura bien évidemment pris soin de les entasser en vue de la fameuse et inénarrable photo souvenir de groupe. Qui sera en fait le lieu de leur dernier soupir, ensevelis qu'ils devraient être peu de temps après, sous des tonnes de gravats.
  • à 2 grammes : les vieux, on devrait leur faire croire qu'on les vaccine contre la grippe l'hiver, mais leur inoculer le HIV à la place.
  • en dessous de 2 grammes, état permettant quand même de garder une certaine moralité et un sens de la faisabilité : est-il bien utile de chercher des traitements contre Alzeihmer et autre Parkinson, sachant que tout le monde sait que le vieux, une fois blet comme une poire trop mûre, aspire plus probablement au repos éternel qu'à faire la fortune des héritiers de Tena ? Donc, lui rendre sa lucidité pour qu'il puisse avoir la conscience du misérabilisme de sa vie, qui n'est qu'un retour à la case départ, finalement (tout ça pour ça, oui, oui), à quoi bon ?

Plus simplement, arrêtons de jouer aux apprentis sorciers, de vouloir entretenir le culte de l'immortalité, de garder sur la Planète le plus d'individus possibles le plus longtemps possible. La Nature a maintenu un équilibre démographique en instaurant des fléaux, des épidémies, toutes les espèces de l'écosystème fonctionnent sur un mode écologique pour ce qui concerne la gestion de leur population. Mais l'homme, contre une pandémie quelconque, dans nos sociétés anxyogènes, préfère fabriquer des vaccins inutilement, et après tout foutre à la poubelle.

Et si on laissait la Nature reprendre ses droits ?

L'homme est un loup pour l'homme. Il est déjà en train de se mordre la queue....Enfin, pour les générations qui ont encore des dents, et qui, rappelons le, bientôt feront jeu égal, en nombre d'individus, avec les adeptes de Stéradent.

Mardi 20 Septembre 2011
Raphaël Dougoud
Lu 1085 fois

Présentation futur'is | Par domaine futur'is | Hors domaines futur'is | Découvertes | Papy-boom | Transformation du monde | Romande Energie