Connectez-vous S'inscrire
Marketing

Le marketing malade de l'orientation client

Auteur : Gilles Marion, Professeur EM Lyon. Parution : L'Expansion Management Review, No 122, Septembre 2006. Autorisation de publication no xx-2006. Résumé Le processus de destruction créatrice enclenché par le changement technologique et la mondialisation aura (enfin !) permis de mettre en évidence les limites du marketing traditionnel, enseigné depuis cinquante ans. Le marketing codifié, qui occupe presque toutes les pages du volumineux manuel le plus vendu dans le...

Gérard BEDAT : 'Nous sommes tous des marques'

Conseiller d'entreprise en stratégie et organisation. En tant que consultant travaillant avec des entreprises de toutes tailles, je suis toujours surpris par la difficulté qu'ont les chefs d'entreprises à associer leur société à une marque. La plupart considèrent que dans leur domaine, le parc de...

Les tendances qui feront 2010

Source : LeJournalDuNet. Economie. L'innovation est une cause essentielle du succès d'une entreprise. Encore faut-il qu'elle réponde à une attente ou puisse la révéler chez le consommateur potentiel. Si les goûts de consommateurs sont de plus en plus difficiles à cerner, on voit tout de même émerger de nouvelles habitudes et des grandes tendances pour 2010. Alimentation, mode, high-tech, décoration, nouveaux magasins et comportement d'achats... Quels seront les produits et les idées...

Dirigeant de grand magasin

Les métiers de la grande distribution Auteur : Raphaël Dougoud futur'is Fonction : stratège à la pointe de l'innovation, le dirigeant de grand magasin met en oeuvre la stratégie de son entité dans le respect de la ligne de l’enseigne. L’oeil rivé sur la concurrence, il doit anticiper les désirs des clients. En bref : Définir la politique commerciale du magasin et son organisation et mettre en oeuvre les moyens pour y parvenir. Développer le...

Alain Curchod : Publicité ou Relations Publiques ?

Quelques réflexions…. La publicité ne permet pas de lancer une nouvelle marque, parce que la publicité n’a aucune crédibilité. Elle n’est que la voix complaisante d’une entreprise en quête de chiffre d’affaires. Un message publicitaire est perçu comme unilatéral, partisan, intéressé et centré sur l’entreprise et non sur le consommateur. Le maillon le plus faible de la publicité, c’est donc sa crédibilité, car aux yeux de l’individu moyen, un...

Positionnement marketing Les 4 D

Auteurs : ALICE M. TYBOUT ET BRIAN STERNTHAL. Kellogg School of Management, Northwestern University. Mise en page : Raphaël Dougoud futur’is Les « 4 D » d'un bon positionnement marketing Un produit mal positionné, aussi excellent soit-il, risque de rester dans les rayons. Quatre règles fondamentales aident les responsables du marketing à faire les bons choix. Lorsque l'on s'est rendu compte, dans les années 90, que les consommateurs...

19.12.2009. Habitudes de consommation ... ça change.

Auteur : Christophe David et Gilles Tanguy.Magazine Capital de décembre 2009 Interview de Serge Papin, de Système U. Comment voyez-vous évoluer les habitudes de consommation? Serge Papin: Les fausses innovations ne marchent plus. Les clients achètent utile plutôt que futile. Une seconde tendance forte, c'est le retour des produits bruts. Les gens se remettent à cuisiner et délaissent un peu le prêt-à-consommer. L'attention portée à la santé va dans le même sens. Enfin, nous assistons...





Recherche dans les articles

Les News

Au bureau, être aimable ne paie pas

Source: Le Monde. 10.11.2011
Auteure: Louise Couvelaire

Pour être augmenté, soyez odieux. C'est la conclusion d'études américaine et anglaise qui lient impolitesse et haut niveau de salaire.

Les gentils finissent-ils les derniers ? La réponse est oui, selon une enquête menée par des chercheurs des universités de Notre Dame (Indiana) et de Cornell (New York). Au bureau, la gentillesse ne paie pas. Les hommes qui s'expriment vertement gagnent en moyenne 18 % de plus que ceux qui se montrent conciliants. "Un homme agréable ne renvoie pas une image très masculine", commentent les auteurs. "Sans s'en rendre compte, les managers embauchent et récompensent les goujats", fait remarquer l'un des chercheurs dans le Wall Street Journal. Apprécié mais fauché ou détesté mais riche, il faut choisir. Il y a deux ans, une étude anglaise était, elle aussi, arrivée à la même conclusion.

12/11/2011

Comment survivre à l'enfer du reporting

Source : Capital. Septembre 2010.
Auteur : Pierre-Alain Pillet.
Extraits et mise en forme par Raphaël Dougoud, futur'is.

Comment survivre à l'enfer du reporting
  • Selon l'enquête de 2009 du cabinet Alexander Proudfoot, le reporting et les tâches administratives représentent 34% de l'activité des managers dans le monde (France 40%).
  • cela se fait notamment au détriment de la gestion des équipes (30% de leur temps).
  • le développement des organisations matricielles et du reporting permanent mais aussi le besoin de transparence maximale, le besoin de se couvrir en période de crise (rapports d'intervention, rapport de prospection, bilan hebdomadaire d'activité, rapport de synthèse des ... rapports intermédiaires(!), rapport de contrôle de gestion journalier > hebdomadaire > mensuel > trimestriel > annuel, rapport d'avancement de projets, etc.) contribuent au sentiment de perte d'autonomie, d'efficacité et d'utilité des équipes.
  • les audits démontrent très souvent l'inutilité des rapports d'activité mais aussi qu'il est très difficile de le faire reconnaître aux supérieurs qui veulent pouvoir contrôler qui travaille ou pas mais aussi parce qu'imposer le reporting est un acte de pouvoir du supérieur sur ses subalternes.



Raphaël Dougoud
25/09/2010

Donnez-moi cinq bonnes raisons de garder ma fortune liquide

Source: Moneyweek. 16.12.2011.
Auteur: Bengt Saelensminde.
Traduction: Raphaël Dougoud, futur'is
Titre original: Five good reasons for you to hold cash

Donnez-moi cinq bonnes raisons de garder ma fortune liquide
Je sais que beaucoup de lecteurs seront consternés à l'idée de détenir un actif dont la valeur s'érode de par l'inflation. Mais je ne m'en ferais pas trop pour cette inflation, je sais qu'elle peut me faire perdre du pouvoir d'achat de ma fortune mais on peut faire plus en ce moment. Et je dirais que les avantages en valent la peine ...

Liquide

Comme un chien fidèle, le liquide est toujours là. C'est pourquoi je ne parle pas de fonds de placement et d'obligations diverses que vous auriez la possibilité d'aller chercher à la banque. Si, un jour, le marché vous offre «l'opportunité de votre vie», les fonds seront là, prêts à être engagés. C'est pourquoi vous devriez garder votre fortune disponible. Les banques ont besoin de vos liquidités, elles doivent en conserver une certaine quantité à portée de main pour respecter la réglementation en vigueur. C'est pourquoi elles essaient de vous amener à enfermer votre capital en obligations sur un, deux, trois ou cinq ans. Mais nous voulons garder nos liquidités disponibles sans avoir à payer une pénalité grande si nous en avons besoin.

Une valeur fixe

Bon, avec le liquide, vous n'obtiendrez pas une adaptation de votre fortune à l'inflation, c'est clair. Mais le liquide préserve la richesse en termes nominaux. Si vous aviez placé votre argent dans des actions, pour vous protéger de l'inflation, sur les derniers mois vous auriez perdu 10% ou 15%! Quoi qu'il arrive sur le marché financier, la liquidiité vous redonnera un franc pour un franc. Aucune entreprise, aucun gouverrnement, ne peut vous promettre cela!




24/12/2011